Allemagne Belgique France Pologne

Le secteur de la construction belge craint perdre 50.000 postes d’ouvriers

La Confédération Construction s’attend à la disparition d’environ 50.000 d’emplois salariés dans les prochaines années. Suite au libre marché des services, les formes d’emploi alternatives sont de plus en plus nombreuses. La main d’œuvre sous-traitée, les indépendants, les ouvriers étrangers et temporaires sur les chantiers, augmentent depuis quelques années, la Belgique étant devenue une destination en vogue depuis un certain temps. On rallonge les délais de préavis, et ce phénomène peut provoquer un nouveau modèle économique, catastrophique pour l’emploi.

La structure du marché du travail dans la construction est en pleine modification: dès le début de l’an 2012 le nombre d’emplois salariés a diminué de 3.500, tandis que celui d’indépendants a augmenté considérablement d’environ 40%. C’est le nombre de travailleurs détachés de l’étranger qui connait une hausse - 20.000 équivalents de temps plein, selon les rapports officiels. Le travail dans le système d’intérim augmente également.

Une harmonisation des statuts des salariés, représenterait pour les entreprises de construction des coûts supplémentaires considérables. Le prolongement des délais de préavis impliquerait un coût de licenciement jusqu’à 15 fois plus élevé qu’actuellement. Par conséquent, les entreprises de construction adoptent des alternatives au contrat de travail à durée indéterminée, à savoir la main d’œuvre étrangère ou l’intérim. Vu la situation actuelle, jusqu’à 50.000 postes d’ouvriers pourraient disparaître dans les prochaines années, ce qui entraînerait une perte de revenus de plus d’un milliard pour le Trésor Public belge.

Dans un marché en repli, le secteur du BTP évolue. En 2012, le génie civil par exemple a encore pu soutenir l’activité totale de construction, mais la Confédération Construction pronostique un recul de l’activité de 0,2% pour l’an 2013. Parmi les changements prévus, on s’attend à une régression de 5% dans le secteur du génie civil ainsi que 1% environs dans celui de la rénovation. Quant aux logements, leur construction connaîtra une légère augmentation et la construction des bâtiments non résidentiels devrait accroître de 4%.

Dans le secteur du BTP, les courts délais de préavis représentent une forme de flexibilité, dont les ouvriers font aussi volontiers usage. La seule solution possible pour harmoniser des statuts consiste à appliquer des délais variables selon le secteur, au-delà d’un délai minimum fixé par la loi, à l’exception de ceux en vigueur dans les banques et les assurances.

Travailler légalement avec un sous-traitant étranger

  • Secteur du BTP, BTP, Agence de travail temporaire, Spécialistes polonais, Intérimaires, Travail à l’étranger, Détachement de spécialistes polonais en France